• Home / 
  • IN THE NEWS - FIL D'ACTUALITES - ALERTES & INFO DE LA UNE

Quick Information Sharing - Partage Rapide de Nouvelles

Travel Alert for Inbound to US as 03/21/2017 no electronic devices allowed on board - Alerte Voyageurs vers les USA interdiction a bord des equipements electroniques

Passagers des vols vers les Etats-Unis, vous ne pourrez plus utiliser vos tablettes !

Washington a interdit mardi 21 mars aux voyageurs en provenance de huit pays de prendre leurs ordinateurs portables ou leurs tablettes en cabine sur tous les vols vers les Etats-Unis. Si vous êtes Français et que vous voyagez au départ de dix aéroports situés en Jordanie, en Egypte, en Turquie, en Arabie saoudite, au Koweït, dans les Emirats arabes unis et au Maroc, il vous sera interdit d'utiliser vos appareils électroniques durant les vols directs vers les Etats-Unis. Tous ces appareils devront être en effet placés dans les bagages en soute des avions. Les autorités américaines ont donné pour explications et pour justifier cette décision le risque d'attentats « terroristes ». Sans donner de renseignements supplémentaires, le secrétaire à la Sécurité intérieure, John Kelly, a « décidé qu'il était nécessaire de renforcer les procédures de sécurité pour les passagers au départ direct et à destination des Etats-Unis ».

Nouvelles de l'UCCIFE devenue CCIFI : un partage sur les perspectives mondiales vues par le Ministere des Finances en France, a travers le prisme des Services du Tresor Francais. 

Pour votre information

Le dernier numéro 194 de la Lettre Trésor-Éco "La situation économique mondiale au printemps 2017 : amélioration progressive dans un contexte très incertain", par Jean-Baptiste Bernard, Laetitia François, Thomas Gillet, Julien Lecumberry, Yasmine Osman et Morgane Salomé vient de paraître

 

Cordialement.

Dominique BRUNIN
Directeur, International, Industrie, Innovation et Intelligence Economique, CCI France
Délégué Général, CCI France International-CCI International
CCI France

2017 US Network of FACC National Economic Survey.

Le Moci – 16/03/2017 Export / Accompagnement : trois candidats à la présidentielle au banc d’essai From UCCIFE - CCIFI

Le Moci – 16/03/2017

Export / Accompagnement : trois candidats à la présidentielle au banc d’essai

 

Les enjeux économiques internationaux, particulièrement la lutte contre un déficit commercial devenu chronique et le soutien à l’internationalisation des entreprises, sont des thèmes absents des discours des candidats à l’élection présidentielle, après l’avoir été des débats des deux primaires de la droite et du centre et de la gauche. C’est dire si le débat organisé le 20 mars par le Medef sur ces questions avec les sherpas de trois des principaux candidats était attendu par les milieux d’affaires français qui ont afflué au siège parisien de l’organisation patronale, carnets de notes en mains, à cette troisième « matinale de la mondialisation » très spéciale.
Jean Arthuis pour Emmanuel MacronEmmanuel Maurel pour Benoît Hamon et Eric Woerth pour François Fillon se sont collés à cet exercice en direct, répondant, après une courte présentation des orientations de leur candidat, à des questions préparées par un panel de chefs d’entreprises sur la politique commerciale internationale et le soutien à l’internationalisation des entreprises françaises. Des échanges plutôt bien organisés et très policés, mais qui ont laissé sur leur faim bon nombre d’observateurs non sur les orientations générales déjà connues des candidats en matière de politique commerciale –tout trois grosso modo en faveur d’une politique commerciale européenne renforcée et d’un libre échange régulé et équilibré, nous y reviendrons dans la prochaine édition de la Lettre confidentielle du 23 mars-, mais plutôt sur la politique concrète de soutien aux entreprises dans ce domaine, où tous les candidats n’ont pas toujours fait preuve d’une clarté à toute épreuve…

Diplomatie économique : consensus relatif

Sur la diplomatie économique, les entreprises du Medef estiment que celle mise en place par Laurent Fabius est une des « réussites du quinquennat », comme l'a rappelé Guy Sidos, le P-dg du groupe Vicat. Cette orientation sera-t-elle poursuivie ou non ?

Il semble que chez Emmanuel Macron comme chez Benoit Hamon, on soit sur la même longueur d’onde.
Jean Arthuis, le sherpa du premier a été très clair : «il faut la développer et l’amplifier », a affirmé le député européen centriste (UDI). Emmanuel Maurel, le sherpa du second, également député européen (PS) et spécialiste des sujets de politique commerciale, a lui aussi salué la nouvelle diplomatie économique en précisant qu’il faudrait mieux définir les zones où « concentrer les efforts », définir « avec vous (ndlr : les entreprises) » les politiques stratégiques à mettre en œuvre en Asie, Amérique latine mais aussi en Afrique, où il estime que « la France a pris du retard ».

Eric Woerth, le sherpa de François Fillon, n’a pas directement répondu à la question sans pour autant contester ouvertement la pertinence de la nouvelle diplomatie économique française, ce que certains auront interprété comme une approbation sur les grands principes. Il a cependant implicitement critiqué le manque de priorités géographiques dans la politique actuelle : « il faut choisir » a-t-il indiqué, estimant que la priorité devait être mise sur « les grandes zones émergentes ». « La diplomatie doit se restructurer », a aussi déclaré l’ancien ministre du Budget, des comptes publics et de la fonction publique de François Fillon, qui estime aussi qu’il ne faut pas lâcher « le volet culturel ».

Ministère du Commerce extérieur : petites divergences entre candidats

Mais l’horizon s’est un peu plus brouillé lorsqu’il s’est agi de savoir qui mettrait concrètement en œuvre cette stratégie. Une question qui n’est pas sans importance alors que depuis trois ans, le Commerce extérieur a été rattaché au ministère des Affaires étrangères dans le cadre de la nouvelle diplomatie économique mise en place par Laurent Fabius, ce qui a donné lieu à une bataille Bercy / Quai d’Orsay qui a pu laisser des traces. La question a été posée par Alain Bentéjac, président du Comité national des conseillers du commerce extérieur (CCEF), par ailleurs dirigeant du groupe Artelia : pensez-vous qu’il faille un ministre du Commerce extérieur et à quel ministère le rattacher, Bercy ou le Quai d’Orsay ?

Eric Woerth a été très clair dans sa réponse : « Il faut certainement un ministre ou un secrétaire d’État, et il faut qu’il soit rattaché à Bercy car c’est de l’économie ». Et d’insister sur l’importance d’avoir un « gouvernement cohérent », avec « peu de ministres ».

Eric Maurel lui, s’est dit pour un ministre du Commerce extérieur, mais à ses yeux, « l’important est qu’il soit bon », comme son ami Matthias Fekl, actuel secrétaire d’État au Commerce extérieur, dont il a salué le bilan. Le sherpa du candidat socialiste à la présidentielle a, cependant, botté en touche concernant le ministère de rattachement. Une façon de se dire en faveur du statu quo ?

Enfin, Jean Arthuis n’a pas répondu directement à la question : pour lui, dédier un ministère au Commerce extérieur « n’est pas la clé ». La clé, c’est « un gouvernement qui soit cohérent » et l’existence d'un « projet de conquête économique » porté par le candidat Macron ; « le président de la République doit d’abord incarner cette politique de conquête » a-t-il déclaré. Invité par le Moci, peu après la table-ronde, à préciser son propos, l’ancien ministre de l’Économie et des finances d’Alain Juppé dans les années 90 a juste nuancé son propos en indiquant : « un ministère pourquoi pas ? », mais la clé c’est « le projet porté par le président de la République ».

Rôle des Régions : central dans l’avenir

La vision s’est un peu éclaircie concernant le futur système de soutien à l’internationalisation des PME : face à l’échec relatif des politiques de soutien jusqu’à présent menées pour augmenter de façon substantielle et durablement le nombre d’entreprises exportatrices –124 000 en 2016, deux fois moins qu’en Italie, trois fois moins qu’en Allemagne-, les trois candidats semblent converger sur la nécessité de simplifier encore le millefeuille des opérateurs et d’accorder aux Régions issues de la réforme territoriale le premier rôle en matière de soutien aux entreprises. Le tout est de savoir comment.

Eric Woerth, qui a reconnu « un retard français » en matière d’internationalisation des PME, a ainsi estimé que « les grandes régions vont peut être mieux gérer » ces politiques. « C’est là que doivent se définir les politiques d’accompagnement ». Mais le sherpa de François Fillon a ajouté que les « grands groupes » doivent aussi jouer un rôle dans l’accompagnement des PME et qu’il était favorable à l’instauration d’une « taxe climat » à la frontière en cas de concurrence déloyale sur les questions de normes environnementales.

Jean Arthuis a, pour sa part, détaillé une répartition assez construite des différents niveaux de politiques publiques : aux Régions « l’environnement des entreprises (financements, stratégies, formation, etc.) ; à l’État « la diplomatie économique » avec la nécessité de s’appuyer davantage sur des réseaux comme les CCE ; et enfin à l’Europe la politique commerciale, qui doit mixer ouverture et mesures de défense, mais aussi intégrer une politique de protection des données. Mais au niveau régional, a aussi estimé le sherpa du candidat Macron, la « clé » sera que les Régions et les acteurs locaux comme les chambres de commerce et d’industrie (CCI) « se mettent d’accord sur des guichets uniques » pour l’accompagnement des PME.

Emmanuel Maurel, sans doute plus proche d’une démarche donnant à l’État un rôle central, a été un peu moins clair dans sa réponse, renvoyant au « livre blanc sur la diplomatie des territoires », document publié en décembre 2016 visant à mettre en cohérence la diplomatie nationale et celle des nouvelles collectivités locales. Pour lui, « le vrai problème, c’est la synergie entre les opérateurs » du soutien à l’internationalisation. « Il y a des conventions entre acteurs, mais on gagnerait à fusionner tout ça ». Comment ? Là est la question.

Réformes des dispositifs : pas de détails...

Aucun des trois candidats ne s’est risqué à évoquer plus en détail de nouvelles réformes de simplification au sein du dispositif de soutien des PME à l’export. Pas de prise de position ni sur la question du rôle de l’État et de ses opérateurs, ni sur celle de la fusion entre les bureaux à l’étranger de Business France et les CCI françaises à l’étranger, ni enfin sur celle de l’éventuel recentrage de Business France sur les primo exportateurs après son effort de déploiement sur les PME et ETI de croissance en binôme avec Bpifrance. Des questions qui avaient été posées en filigrane par Jean-Claude Volot, le P-dg de Dedienne Aerospace, lors d’une table ronde, et Frédéric Sanchez, président du pôle internationalisation et filières du Medef et président de Medef International.

En revanche, les bons connaisseurs de l’écosystème de soutien au Commerce extérieur auront noté que certains sherpas doivent mettre à jour leurs fiches : Eric Woerth et Jean Arthuis ont à plusieurs reprises parlé des soutiens ou des couvertures de Coface. Il serait temps de les informer que ces aides sont, depuis le 1er janvier 2017, gérées par Bpifrance assurance export, une réforme qui a d'ailleurs été saluée par les milieux d'affaires français…

Christine Gilguy

 

 

Cordialement.

 

Dominique BRUNIN

Directeur, International, Industrie, Innovation et Intelligence Economique, CCI France

Délégué Général, CCI France International-CCI International

 

CCI France

!! INFORMATION IMPORTANTE !! Adresse du bureau de vote sur Tampa

ATTENTION INFORMATION IMPORTANTE MISE A JOUR DU 17 Mars 2017

Pour les élections présidentielles françaises du Samedi 22 Avril et du Samedi 6 Mai 2017.

L'adresse du bureau de vote est la suivante:

ARGOSY University
1403 N Howard Avenue
Tampa, FL 33607

 Pour toute information contactez le Consulat Général de France a Miami.

Visitez le site et le lien plus spécifique suivant :

http://www.consulfrance-miami.org/spip.php?article5206

 

 

Florida Realtors releasing Important information on the current House and Senate Session!

Information that will impact all Floridians residents, expatriates, permanent residents, visas and green card holder along dual citizens or Americans. Tampa Bay area in our Framco footprint space of activities will be getting its share as well. 

Public Policy Weekly Update – 3/17/2017 Courtesy sharing from RPAC Florida Realtors.

Hoping the information provided will let you be better informed, prepared, educated and help you make decisions or knowing what is in the pipeline that will be going in front of our elected legislative officials, executive in the coming months. 

 

 

Public Policy Weekly Update – 3/17/2017

 

Environment

 

·       Senate Bill 10 by Senator Rob Bradley and House Bill 761 by Representative Thad Altman are bills pertaining to water resource development throughout the state. However, they center on the potential land buy south of Lake Okeechobee with the intention to build a reservoir to store excess polluted water. During its trip through the Appropriations Subcommittee on the Environment and Natural Resources, SB 10 adopted an amendment that included multiple new provisions. The amendment includes:

o   Governor Scott’s cost share program for septic to sewer conversion.

o   Storm water and waste water infrastructure improvements to improve the water resources throughout the keys.

o   Funds for the Water Management district to restore the St. Johns river.

 

These funds are dedicated funds that will be dispersed through the Land Acquisition Trust Fund. The legislation still contains the three following options pertaining to the Lake Okeechobee water system:

o   The South Florida Water Management District (SFWMD) is required to seek proposals from willing sellers of land within the Everglades Agricultural Area for land that is suitable to build one or two reservoirs with a total storage capacity of 360,000 acre-fee.

o   If the SFWMD is unable to acquire such land then the option to purchase lands from the United States Sugar Corporation, which is available pursuant to the 2010 agreement, must be exercised.

o   If land is not acquired pursuant to the first two options then Legacy Florida funding is increased by $50 million annually (already receiving at least $200 million annually) for the Comprehensive Everglades Restoration Project (CERP), including the Everglades Agricultural Area Reservoir project component.


Bill Status
: Senate Bill 10 was unanimously voted out of the Senate Environmental Preservation and Conservation Committee. 

Bill Status: House Bill 761 is currently awaiting placement on a committee agenda.

 

*Note: The Florida Realtors does not have a position on this legislation.

**Note: The Florida Realtors have not initiated a Call for Action on these bills at this time.

 

·       House Bill 551 sponsored by Representative Charlie Stone and Senate Bill 874 by Senator Dana Young relate to onsite sewage treatment (septic). These bills would put into place Governor Scott’s proposal to help local governments fund septic-to-sewer conversions by appropriating $20 million annually through 2026. In the current version of the bills, counties within the Indian River Lagoon and the St. Lucie and Caloosahatchee estuaries would be eligible to receive these funds. The bills also help fund the completion of the Basin Management Action Plans within these areas to help identify where to begin these projects.

Bill Status: Senate Bill 874 passed the Environmental Preservation and Conservation Committee unanimously.


Bill Status: House Bill 551 is currently awaiting placement on a committee agenda.

 

·       House Bill 285 and Senate Bill 1748 sponsored by Rep. Randy Fine and Sen. Linda Stewart also relates to onsite sewage. These bills would require an inspection of an onsite sewage system prior to the point of sale of a home. The Florida Realtors already have a motion to oppose this bill.

Bill Status: House Bill 285 successfully passed the Agriculture and Property Rights Subcommittee by a vote of 9 – 5.

 

Bill Status: Senate Bill 1748 is currently awaiting placement on a committee agenda

 

·       There are four different bills which would put a ban on the practice of hydraulic fracturing. Senate bill 442 and House bill 451 are sponsored by Sen. Dana Young and Rep. Mike Miller. If fracking legislation is going to move forward these are the two vehicles.

Bill Status: Senate Bill 442 passed unanimously out of the Environmental Preservation and Conservation committee.


Bill Status: House Bill 451 is currently awaiting placement on a committee agenda.

 

·       Governor Scott’s proposed budget includes several items related to the environment. Of note:

o   Governor Scott also set aside $75 million for alternative water supply projects (replacing pipes, pump or lift stations, design or building of wastewater treatment plants, etc.). These dollars would be spilt amongst the five water management districts (WMD) and the projects would be reviewed and approved by staff at each WMD.

o   $50 million for the traditional beach restoration program, up over $15 million from last year.



Business Rent Tax

 

·       Governor Scott’s newly proposed budget includes a 25 percent reduction in the business rent tax which would amount to a 1.5 percent cut. If included in the final budget this cut would result in $454 million in savings for Florida business owners.

·       House Bill 463 by Rep. Holly Raschein was filed on January 24, 2017. This bill will provide tenants with relief from the "double taxation" or "tax on tax" that occurs when tenants pay their landlord's property taxes. This is an alternate business rent tax cut proposal that is directed at those commercial tenants who have leases that separately state they pay their landlord's property taxes as part of their lease payments. Senate Bill 704 by Sen. Rene Garcia was filed on February 6, 2017. This bill is similar to House Bill 463.

 

Bill Status: These bills were scored on Friday, March 3rdby the Revenue Estimating Conference (REC). The REC placed an estimate of $172.8 million recurring fiscal impact to the state.

Property Tax

 

·       The House version of the joint resolution that would place a constitutional amendment on the 2018 general election ballot to permanently extend the annual 10 percent non-homestead property tax cap was filed by Rep. Colleen Burton on January 23, 2017. This bill, House Bill 21, is the companion to Senate Bill 76, sponsored by Sen. Tom Lee. The Revenue Estimating Conference (REC) has not placed a fiscal impact on this joint resolution. The REC will continue to meet to discuss this, and many other bills, each week throughout the legislative session.

 

Bill Status: Senate Bill 76 was voted on favorable by the Appropriations Subcommittee on Finance and Tax; 5 Yeas, 0 Nays.  The bill now moves to the Appropriations Committee.

Bill Status: House Bill 21 was voted on favorable by the Commerce Committee; 24 Yeas, 2 Nay. 

 

 

Estoppel Certificates

 

·       The House and Senate versions of the estoppel certificate bills have been filed by Rep. Byron Donalds and Sen. Kathleen Passidomo. House Bill 483 and Senate Bill 398 cap the fees that community association management companies can charge for estoppel certificates, and they include a standard estoppel certificate form to ensure the same information is provided to owners across Florida.


Bill Status: Senate Bill 398 passed out of the Judiciary Committee by a 9 – 0 vote. The bill’s next, and last, committee reference is the Senate Rules Committee.


Bill Status: House Bill 483 passed out of the Civil Justice & Claims Subcommittee by a 15 – 0 vote. The bill’s next committee reference is the Careers and Competition Subcommittee.

 

Affordable Housing

 

·       Senate Bill 854 sponsored by Sen. Jeff Brandes and House Bill 1013 by Rep. Wengay Newton would create an affordable housing taskforce assigned to the Florida Housing Finance Corporation. The 13-member board would be charged with developing recommendations for addressing the state’s affordable housing needs. 

The recommendations will include review of market rate developments; affordable housing developments; land use for affordable housing developments; building codes for affordable housing developments; states’ implementation of the low income housing tax credit; private and public sector development and construction industries; and rental market for assisted rental housing.

 

An amendment was filed and passed on the senate version that would include a realtor on the task force. An identical amendment will be added to the house version at the next committee stop.

 

Bill Status: Senate Bill 854 passed out of Community Affairs Committee by a 7-0 vote. The bill now moves to the Appropriations Committee.

Bill Status: House Bill 1013 passed out of the Local, Federal and Veteran Affairs Subcommittee by a 12-0 vote. The bill now moves to Transportation and Tourism Appropriations Subcommittee.



Vacation Rentals

 

·       House Bill 425 sponsored by Rep. Mike La Rosa and Senate Bill 188 sponsored by Sen. Greg Steubeprovides that local laws, ordinances, & regulations adopted after June 1, 2011, may not restrict use of, prohibit, or regulate vacation rentals based solely on classification, use, or occupancy.

 

Bill Status: House Bill 425 passed out of the Agriculture and Property Rights Subcommittee by a 9-6 vote. The bill now moves to the Careers and Competition Subcommittee.

 

Bill Status: Senate Bill 188 is up on Tuesday, March 21st in the Regulated Industries Committee.

2009 Tampa Bay Foreign Direct Investment Study

Click here

Tampa Bay Partnership October 2009 e-News

Click here

Tampa Bay Region International Events Calendar

4th Quarter 2009. See Word Doc here

Framco Gazette July-August 2009

See the Gazette here

UCCIFE Seminar 2009

See the seminar summary here.

France market of the month...

The Tampa Bay U.S. Export Assistance Center July 2009 Newsletter features France as the market of the month...

J-1 Visa News & Regulatory Requirements

Welcome to the J-1 visa news page of the ICDP Department. The contents of this page are sourced from the French-American Chamber of Commerce in New York. On this page you will find the latest information on J-1 visa policies and procedures, and any news from the U.S. Embassy in Paris, as well as from the U.S. State Department and Department of Homeland Security that may impact visa issues and immigration.

See the full document here.

The French Press is Available in the USA

The mission of the Uni-Presse association is to encourage and promote French culture and language throughout the world.
 
UNI-Presse offers publications by all of France's main publishers, and across all sectors of publishing : general interests, scientific, medical, legal, technical, literary, etc....
 
UNI-Presse is the bridge between its members, publisher and millions of French-speaking readers throughout the USA.
 
UNI-Presse is financed by the subscriptions of its member publishers, and by a grant from the French Government (fonds d'aide a l'expansion de la presse a l'etranger..


CONTACT : Jean Lebreton
                  PO BOX 6962
                  NEW YORK, NY 10150

TEL : 1 646 938 54 66

EMAIL : jlebreton@uni-presse.fr

www.unipresse.com

 

 

Le Moci – 16/03/2017 Export / Accompagnement : trois candidats à la présidentielle au banc d’essai

Les enjeux économiques internationaux, particulièrement la lutte contre un déficit commercial devenu chronique et le soutien à l’internationalisation des entreprises, sont des thèmes absents des discours des candidats à l’élection présidentielle, après l’avoir été des débats des deux primaires de la droite et du centre et de la gauche. C’est dire si le débat organisé le 20 mars par le Medef sur ces questions avec les sherpas de trois des principaux candidats était attendu par les milieux d’affaires français qui ont afflué au siège parisien de l’organisation patronale, carnets de notes en mains, à cette troisième « matinale de la mondialisation » très spéciale.
Jean Arthuis pour Emmanuel MacronEmmanuel Maurel pour Benoît Hamon et Eric Woerth pour François Fillon se sont collés à cet exercice en direct, répondant, après une courte présentation des orientations de leur candidat, à des questions préparées par un panel de chefs d’entreprises sur la politique commerciale internationale et le soutien à l’internationalisation des entreprises françaises. Des échanges plutôt bien organisés et très policés, mais qui ont laissé sur leur faim bon nombre d’observateurs non sur les orientations générales déjà connues des candidats en matière de politique commerciale –tout trois grosso modo en faveur d’une politique commerciale européenne renforcée et d’un libre échange régulé et équilibré, nous y reviendrons dans la prochaine édition de la Lettre confidentielle du 23 mars-, mais plutôt sur la politique concrète de soutien aux entreprises dans ce domaine, où tous les candidats n’ont pas toujours fait preuve d’une clarté à toute épreuve…

Diplomatie économique : consensus relatif

Sur la diplomatie économique, les entreprises du Medef estiment que celle mise en place par Laurent Fabius est une des « réussites du quinquennat », comme l'a rappelé Guy Sidos, le P-dg du groupe Vicat. Cette orientation sera-t-elle poursuivie ou non ?

Il semble que chez Emmanuel Macron comme chez Benoit Hamon, on soit sur la même longueur d’onde.
Jean Arthuis, le sherpa du premier a été très clair : «il faut la développer et l’amplifier », a affirmé le député européen centriste (UDI). Emmanuel Maurel, le sherpa du second, également député européen (PS) et spécialiste des sujets de politique commerciale, a lui aussi salué la nouvelle diplomatie économique en précisant qu’il faudrait mieux définir les zones où « concentrer les efforts », définir « avec vous (ndlr : les entreprises) » les politiques stratégiques à mettre en œuvre en Asie, Amérique latine mais aussi en Afrique, où il estime que « la France a pris du retard ».

Eric Woerth, le sherpa de François Fillon, n’a pas directement répondu à la question sans pour autant contester ouvertement la pertinence de la nouvelle diplomatie économique française, ce que certains auront interprété comme une approbation sur les grands principes. Il a cependant implicitement critiqué le manque de priorités géographiques dans la politique actuelle : « il faut choisir » a-t-il indiqué, estimant que la priorité devait être mise sur « les grandes zones émergentes ». « La diplomatie doit se restructurer », a aussi déclaré l’ancien ministre du Budget, des comptes publics et de la fonction publique de François Fillon, qui estime aussi qu’il ne faut pas lâcher « le volet culturel ».

Ministère du Commerce extérieur : petites divergences entre candidats

Mais l’horizon s’est un peu plus brouillé lorsqu’il s’est agi de savoir qui mettrait concrètement en œuvre cette stratégie. Une question qui n’est pas sans importance alors que depuis trois ans, le Commerce extérieur a été rattaché au ministère des Affaires étrangères dans le cadre de la nouvelle diplomatie économique mise en place par Laurent Fabius, ce qui a donné lieu à une bataille Bercy / Quai d’Orsay qui a pu laisser des traces. La question a été posée par Alain Bentéjac, président du Comité national des conseillers du commerce extérieur (CCEF), par ailleurs dirigeant du groupe Artelia : pensez-vous qu’il faille un ministre du Commerce extérieur et à quel ministère le rattacher, Bercy ou le Quai d’Orsay ?

Eric Woerth a été très clair dans sa réponse : « Il faut certainement un ministre ou un secrétaire d’État, et il faut qu’il soit rattaché à Bercy car c’est de l’économie ». Et d’insister sur l’importance d’avoir un « gouvernement cohérent », avec « peu de ministres ».

Eric Maurel lui, s’est dit pour un ministre du Commerce extérieur, mais à ses yeux, « l’important est qu’il soit bon », comme son ami Matthias Fekl, actuel secrétaire d’État au Commerce extérieur, dont il a salué le bilan. Le sherpa du candidat socialiste à la présidentielle a, cependant, botté en touche concernant le ministère de rattachement. Une façon de se dire en faveur du statu quo ?

Enfin, Jean Arthuis n’a pas répondu directement à la question : pour lui, dédier un ministère au Commerce extérieur « n’est pas la clé ». La clé, c’est « un gouvernement qui soit cohérent » et l’existence d'un « projet de conquête économique » porté par le candidat Macron ; « le président de la République doit d’abord incarner cette politique de conquête » a-t-il déclaré. Invité par le Moci, peu après la table-ronde, à préciser son propos, l’ancien ministre de l’Économie et des finances d’Alain Juppé dans les années 90 a juste nuancé son propos en indiquant : « un ministère pourquoi pas ? », mais la clé c’est « le projet porté par le président de la République ».

Rôle des Régions : central dans l’avenir

La vision s’est un peu éclaircie concernant le futur système de soutien à l’internationalisation des PME : face à l’échec relatif des politiques de soutien jusqu’à présent menées pour augmenter de façon substantielle et durablement le nombre d’entreprises exportatrices –124 000 en 2016, deux fois moins qu’en Italie, trois fois moins qu’en Allemagne-, les trois candidats semblent converger sur la nécessité de simplifier encore le millefeuille des opérateurs et d’accorder aux Régions issues de la réforme territoriale le premier rôle en matière de soutien aux entreprises. Le tout est de savoir comment.

Eric Woerth, qui a reconnu « un retard français » en matière d’internationalisation des PME, a ainsi estimé que « les grandes régions vont peut être mieux gérer » ces politiques. « C’est là que doivent se définir les politiques d’accompagnement ». Mais le sherpa de François Fillon a ajouté que les « grands groupes » doivent aussi jouer un rôle dans l’accompagnement des PME et qu’il était favorable à l’instauration d’une « taxe climat » à la frontière en cas de concurrence déloyale sur les questions de normes environnementales.

Jean Arthuis a, pour sa part, détaillé une répartition assez construite des différents niveaux de politiques publiques : aux Régions « l’environnement des entreprises (financements, stratégies, formation, etc.) ; à l’État « la diplomatie économique » avec la nécessité de s’appuyer davantage sur des réseaux comme les CCE ; et enfin à l’Europe la politique commerciale, qui doit mixer ouverture et mesures de défense, mais aussi intégrer une politique de protection des données. Mais au niveau régional, a aussi estimé le sherpa du candidat Macron, la « clé » sera que les Régions et les acteurs locaux comme les chambres de commerce et d’industrie (CCI) « se mettent d’accord sur des guichets uniques » pour l’accompagnement des PME.

Emmanuel Maurel, sans doute plus proche d’une démarche donnant à l’État un rôle central, a été un peu moins clair dans sa réponse, renvoyant au « livre blanc sur la diplomatie des territoires », document publié en décembre 2016 visant à mettre en cohérence la diplomatie nationale et celle des nouvelles collectivités locales. Pour lui, « le vrai problème, c’est la synergie entre les opérateurs » du soutien à l’internationalisation. « Il y a des conventions entre acteurs, mais on gagnerait à fusionner tout ça ». Comment ? Là est la question.

Réformes des dispositifs : pas de détails...

Aucun des trois candidats ne s’est risqué à évoquer plus en détail de nouvelles réformes de simplification au sein du dispositif de soutien des PME à l’export. Pas de prise de position ni sur la question du rôle de l’État et de ses opérateurs, ni sur celle de la fusion entre les bureaux à l’étranger de Business France et les CCI françaises à l’étranger, ni enfin sur celle de l’éventuel recentrage de Business France sur les primo exportateurs après son effort de déploiement sur les PME et ETI de croissance en binôme avec Bpifrance. Des questions qui avaient été posées en filigrane par Jean-Claude Volot, le P-dg de Dedienne Aerospace, lors d’une table ronde, et Frédéric Sanchez, président du pôle internationalisation et filières du Medef et président de Medef International.

En revanche, les bons connaisseurs de l’écosystème de soutien au Commerce extérieur auront noté que certains sherpas doivent mettre à jour leurs fiches : Eric Woerth et Jean Arthuis ont à plusieurs reprises parlé des soutiens ou des couvertures de Coface. Il serait temps de les informer que ces aides sont, depuis le 1er janvier 2017, gérées par Bpifrance assurance export, une réforme qui a d'ailleurs été saluée par les milieux d'affaires français…

Christine Gilguy

Travel Alert for Inbound to US as 03/21/2017 no electronic devices allowed on board - Alerte Voyageurs vers les USA interdiction a bord des equipements electroniques

Passagers des vols vers les Etats-Unis, vous ne pourrez plus utiliser vos tablettes !

Washington a interdit mardi 21 mars aux voyageurs en provenance de huit pays de prendre leurs ordinateurs portables ou leurs tablettes en cabine sur tous les vols vers les Etats-Unis. Si vous êtes Français et que vous voyagez au départ de dix aéroports situés en Jordanie, en Egypte, en Turquie, en Arabie saoudite, au Koweït, dans les Emirats arabes unis et au Maroc, il vous sera interdit d'utiliser vos appareils électroniques durant les vols directs vers les Etats-Unis. Tous ces appareils devront être en effet placés dans les bagages en soute des avions. Les autorités américaines ont donné pour explications et pour justifier cette décision le risque d'attentats « terroristes ». Sans donner de renseignements supplémentaires, le secrétaire à la Sécurité intérieure, John Kelly, a « décidé qu'il était nécessaire de renforcer les procédures de sécurité pour les passagers au départ direct et à destination des Etats-Unis ».

Nouvelles de l'UCCIFE devenue CCIFI : un partage sur les perspectives mondiales vues par le Ministere des Finances en France, a travers le prisme des Services du Tresor Francais. 

Pour votre information

Le dernier numéro 194 de la Lettre Trésor-Éco "La situation économique mondiale au printemps 2017 : amélioration progressive dans un contexte très incertain", par Jean-Baptiste Bernard, Laetitia François, Thomas Gillet, Julien Lecumberry, Yasmine Osman et Morgane Salomé vient de paraître

 

Cordialement.

Dominique BRUNIN
Directeur, International, Industrie, Innovation et Intelligence Economique, CCI France
Délégué Général, CCI France International-CCI International
CCI France

2017 US Network of FACC National Economic Survey.

Le Moci – 16/03/2017 Export / Accompagnement : trois candidats à la présidentielle au banc d’essai From UCCIFE - CCIFI

Le Moci – 16/03/2017

Export / Accompagnement : trois candidats à la présidentielle au banc d’essai

 

Les enjeux économiques internationaux, particulièrement la lutte contre un déficit commercial devenu chronique et le soutien à l’internationalisation des entreprises, sont des thèmes absents des discours des candidats à l’élection présidentielle, après l’avoir été des débats des deux primaires de la droite et du centre et de la gauche. C’est dire si le débat organisé le 20 mars par le Medef sur ces questions avec les sherpas de trois des principaux candidats était attendu par les milieux d’affaires français qui ont afflué au siège parisien de l’organisation patronale, carnets de notes en mains, à cette troisième « matinale de la mondialisation » très spéciale.
Jean Arthuis pour Emmanuel MacronEmmanuel Maurel pour Benoît Hamon et Eric Woerth pour François Fillon se sont collés à cet exercice en direct, répondant, après une courte présentation des orientations de leur candidat, à des questions préparées par un panel de chefs d’entreprises sur la politique commerciale internationale et le soutien à l’internationalisation des entreprises françaises. Des échanges plutôt bien organisés et très policés, mais qui ont laissé sur leur faim bon nombre d’observateurs non sur les orientations générales déjà connues des candidats en matière de politique commerciale –tout trois grosso modo en faveur d’une politique commerciale européenne renforcée et d’un libre échange régulé et équilibré, nous y reviendrons dans la prochaine édition de la Lettre confidentielle du 23 mars-, mais plutôt sur la politique concrète de soutien aux entreprises dans ce domaine, où tous les candidats n’ont pas toujours fait preuve d’une clarté à toute épreuve…

Diplomatie économique : consensus relatif

Sur la diplomatie économique, les entreprises du Medef estiment que celle mise en place par Laurent Fabius est une des « réussites du quinquennat », comme l'a rappelé Guy Sidos, le P-dg du groupe Vicat. Cette orientation sera-t-elle poursuivie ou non ?

Il semble que chez Emmanuel Macron comme chez Benoit Hamon, on soit sur la même longueur d’onde.
Jean Arthuis, le sherpa du premier a été très clair : «il faut la développer et l’amplifier », a affirmé le député européen centriste (UDI). Emmanuel Maurel, le sherpa du second, également député européen (PS) et spécialiste des sujets de politique commerciale, a lui aussi salué la nouvelle diplomatie économique en précisant qu’il faudrait mieux définir les zones où « concentrer les efforts », définir « avec vous (ndlr : les entreprises) » les politiques stratégiques à mettre en œuvre en Asie, Amérique latine mais aussi en Afrique, où il estime que « la France a pris du retard ».

Eric Woerth, le sherpa de François Fillon, n’a pas directement répondu à la question sans pour autant contester ouvertement la pertinence de la nouvelle diplomatie économique française, ce que certains auront interprété comme une approbation sur les grands principes. Il a cependant implicitement critiqué le manque de priorités géographiques dans la politique actuelle : « il faut choisir » a-t-il indiqué, estimant que la priorité devait être mise sur « les grandes zones émergentes ». « La diplomatie doit se restructurer », a aussi déclaré l’ancien ministre du Budget, des comptes publics et de la fonction publique de François Fillon, qui estime aussi qu’il ne faut pas lâcher « le volet culturel ».

Ministère du Commerce extérieur : petites divergences entre candidats

Mais l’horizon s’est un peu plus brouillé lorsqu’il s’est agi de savoir qui mettrait concrètement en œuvre cette stratégie. Une question qui n’est pas sans importance alors que depuis trois ans, le Commerce extérieur a été rattaché au ministère des Affaires étrangères dans le cadre de la nouvelle diplomatie économique mise en place par Laurent Fabius, ce qui a donné lieu à une bataille Bercy / Quai d’Orsay qui a pu laisser des traces. La question a été posée par Alain Bentéjac, président du Comité national des conseillers du commerce extérieur (CCEF), par ailleurs dirigeant du groupe Artelia : pensez-vous qu’il faille un ministre du Commerce extérieur et à quel ministère le rattacher, Bercy ou le Quai d’Orsay ?

Eric Woerth a été très clair dans sa réponse : « Il faut certainement un ministre ou un secrétaire d’État, et il faut qu’il soit rattaché à Bercy car c’est de l’économie ». Et d’insister sur l’importance d’avoir un « gouvernement cohérent », avec « peu de ministres ».

Eric Maurel lui, s’est dit pour un ministre du Commerce extérieur, mais à ses yeux, « l’important est qu’il soit bon », comme son ami Matthias Fekl, actuel secrétaire d’État au Commerce extérieur, dont il a salué le bilan. Le sherpa du candidat socialiste à la présidentielle a, cependant, botté en touche concernant le ministère de rattachement. Une façon de se dire en faveur du statu quo ?

Enfin, Jean Arthuis n’a pas répondu directement à la question : pour lui, dédier un ministère au Commerce extérieur « n’est pas la clé ». La clé, c’est « un gouvernement qui soit cohérent » et l’existence d'un « projet de conquête économique » porté par le candidat Macron ; « le président de la République doit d’abord incarner cette politique de conquête » a-t-il déclaré. Invité par le Moci, peu après la table-ronde, à préciser son propos, l’ancien ministre de l’Économie et des finances d’Alain Juppé dans les années 90 a juste nuancé son propos en indiquant : « un ministère pourquoi pas ? », mais la clé c’est « le projet porté par le président de la République ».

Rôle des Régions : central dans l’avenir

La vision s’est un peu éclaircie concernant le futur système de soutien à l’internationalisation des PME : face à l’échec relatif des politiques de soutien jusqu’à présent menées pour augmenter de façon substantielle et durablement le nombre d’entreprises exportatrices –124 000 en 2016, deux fois moins qu’en Italie, trois fois moins qu’en Allemagne-, les trois candidats semblent converger sur la nécessité de simplifier encore le millefeuille des opérateurs et d’accorder aux Régions issues de la réforme territoriale le premier rôle en matière de soutien aux entreprises. Le tout est de savoir comment.

Eric Woerth, qui a reconnu « un retard français » en matière d’internationalisation des PME, a ainsi estimé que « les grandes régions vont peut être mieux gérer » ces politiques. « C’est là que doivent se définir les politiques d’accompagnement ». Mais le sherpa de François Fillon a ajouté que les « grands groupes » doivent aussi jouer un rôle dans l’accompagnement des PME et qu’il était favorable à l’instauration d’une « taxe climat » à la frontière en cas de concurrence déloyale sur les questions de normes environnementales.

Jean Arthuis a, pour sa part, détaillé une répartition assez construite des différents niveaux de politiques publiques : aux Régions « l’environnement des entreprises (financements, stratégies, formation, etc.) ; à l’État « la diplomatie économique » avec la nécessité de s’appuyer davantage sur des réseaux comme les CCE ; et enfin à l’Europe la politique commerciale, qui doit mixer ouverture et mesures de défense, mais aussi intégrer une politique de protection des données. Mais au niveau régional, a aussi estimé le sherpa du candidat Macron, la « clé » sera que les Régions et les acteurs locaux comme les chambres de commerce et d’industrie (CCI) « se mettent d’accord sur des guichets uniques » pour l’accompagnement des PME.

Emmanuel Maurel, sans doute plus proche d’une démarche donnant à l’État un rôle central, a été un peu moins clair dans sa réponse, renvoyant au « livre blanc sur la diplomatie des territoires », document publié en décembre 2016 visant à mettre en cohérence la diplomatie nationale et celle des nouvelles collectivités locales. Pour lui, « le vrai problème, c’est la synergie entre les opérateurs » du soutien à l’internationalisation. « Il y a des conventions entre acteurs, mais on gagnerait à fusionner tout ça ». Comment ? Là est la question.

Réformes des dispositifs : pas de détails...

Aucun des trois candidats ne s’est risqué à évoquer plus en détail de nouvelles réformes de simplification au sein du dispositif de soutien des PME à l’export. Pas de prise de position ni sur la question du rôle de l’État et de ses opérateurs, ni sur celle de la fusion entre les bureaux à l’étranger de Business France et les CCI françaises à l’étranger, ni enfin sur celle de l’éventuel recentrage de Business France sur les primo exportateurs après son effort de déploiement sur les PME et ETI de croissance en binôme avec Bpifrance. Des questions qui avaient été posées en filigrane par Jean-Claude Volot, le P-dg de Dedienne Aerospace, lors d’une table ronde, et Frédéric Sanchez, président du pôle internationalisation et filières du Medef et président de Medef International.

En revanche, les bons connaisseurs de l’écosystème de soutien au Commerce extérieur auront noté que certains sherpas doivent mettre à jour leurs fiches : Eric Woerth et Jean Arthuis ont à plusieurs reprises parlé des soutiens ou des couvertures de Coface. Il serait temps de les informer que ces aides sont, depuis le 1er janvier 2017, gérées par Bpifrance assurance export, une réforme qui a d'ailleurs été saluée par les milieux d'affaires français…

Christine Gilguy

 

 

Cordialement.

 

Dominique BRUNIN

Directeur, International, Industrie, Innovation et Intelligence Economique, CCI France

Délégué Général, CCI France International-CCI International

 

CCI France

!! INFORMATION IMPORTANTE !! Adresse du bureau de vote sur Tampa

ATTENTION INFORMATION IMPORTANTE MISE A JOUR DU 17 Mars 2017

Pour les élections présidentielles françaises du Samedi 22 Avril et du Samedi 6 Mai 2017.

L'adresse du bureau de vote est la suivante:

ARGOSY University
1403 N Howard Avenue
Tampa, FL 33607

 Pour toute information contactez le Consulat Général de France a Miami.

Visitez le site et le lien plus spécifique suivant :

http://www.consulfrance-miami.org/spip.php?article5206

 

 

Florida Realtors releasing Important information on the current House and Senate Session!

Information that will impact all Floridians residents, expatriates, permanent residents, visas and green card holder along dual citizens or Americans. Tampa Bay area in our Framco footprint space of activities will be getting its share as well. 

Public Policy Weekly Update – 3/17/2017 Courtesy sharing from RPAC Florida Realtors.

Hoping the information provided will let you be better informed, prepared, educated and help you make decisions or knowing what is in the pipeline that will be going in front of our elected legislative officials, executive in the coming months. 

 

 

Public Policy Weekly Update – 3/17/2017

 

Environment

 

·       Senate Bill 10 by Senator Rob Bradley and House Bill 761 by Representative Thad Altman are bills pertaining to water resource development throughout the state. However, they center on the potential land buy south of Lake Okeechobee with the intention to build a reservoir to store excess polluted water. During its trip through the Appropriations Subcommittee on the Environment and Natural Resources, SB 10 adopted an amendment that included multiple new provisions. The amendment includes:

o   Governor Scott’s cost share program for septic to sewer conversion.

o   Storm water and waste water infrastructure improvements to improve the water resources throughout the keys.

o   Funds for the Water Management district to restore the St. Johns river.

 

These funds are dedicated funds that will be dispersed through the Land Acquisition Trust Fund. The legislation still contains the three following options pertaining to the Lake Okeechobee water system:

o   The South Florida Water Management District (SFWMD) is required to seek proposals from willing sellers of land within the Everglades Agricultural Area for land that is suitable to build one or two reservoirs with a total storage capacity of 360,000 acre-fee.

o   If the SFWMD is unable to acquire such land then the option to purchase lands from the United States Sugar Corporation, which is available pursuant to the 2010 agreement, must be exercised.

o   If land is not acquired pursuant to the first two options then Legacy Florida funding is increased by $50 million annually (already receiving at least $200 million annually) for the Comprehensive Everglades Restoration Project (CERP), including the Everglades Agricultural Area Reservoir project component.


Bill Status
: Senate Bill 10 was unanimously voted out of the Senate Environmental Preservation and Conservation Committee. 

Bill Status: House Bill 761 is currently awaiting placement on a committee agenda.

 

*Note: The Florida Realtors does not have a position on this legislation.

**Note: The Florida Realtors have not initiated a Call for Action on these bills at this time.

 

·       House Bill 551 sponsored by Representative Charlie Stone and Senate Bill 874 by Senator Dana Young relate to onsite sewage treatment (septic). These bills would put into place Governor Scott’s proposal to help local governments fund septic-to-sewer conversions by appropriating $20 million annually through 2026. In the current version of the bills, counties within the Indian River Lagoon and the St. Lucie and Caloosahatchee estuaries would be eligible to receive these funds. The bills also help fund the completion of the Basin Management Action Plans within these areas to help identify where to begin these projects.

Bill Status: Senate Bill 874 passed the Environmental Preservation and Conservation Committee unanimously.


Bill Status: House Bill 551 is currently awaiting placement on a committee agenda.

 

·       House Bill 285 and Senate Bill 1748 sponsored by Rep. Randy Fine and Sen. Linda Stewart also relates to onsite sewage. These bills would require an inspection of an onsite sewage system prior to the point of sale of a home. The Florida Realtors already have a motion to oppose this bill.

Bill Status: House Bill 285 successfully passed the Agriculture and Property Rights Subcommittee by a vote of 9 – 5.

 

Bill Status: Senate Bill 1748 is currently awaiting placement on a committee agenda

 

·       There are four different bills which would put a ban on the practice of hydraulic fracturing. Senate bill 442 and House bill 451 are sponsored by Sen. Dana Young and Rep. Mike Miller. If fracking legislation is going to move forward these are the two vehicles.

Bill Status: Senate Bill 442 passed unanimously out of the Environmental Preservation and Conservation committee.


Bill Status: House Bill 451 is currently awaiting placement on a committee agenda.

 

·       Governor Scott’s proposed budget includes several items related to the environment. Of note:

o   Governor Scott also set aside $75 million for alternative water supply projects (replacing pipes, pump or lift stations, design or building of wastewater treatment plants, etc.). These dollars would be spilt amongst the five water management districts (WMD) and the projects would be reviewed and approved by staff at each WMD.

o   $50 million for the traditional beach restoration program, up over $15 million from last year.



Business Rent Tax

 

·       Governor Scott’s newly proposed budget includes a 25 percent reduction in the business rent tax which would amount to a 1.5 percent cut. If included in the final budget this cut would result in $454 million in savings for Florida business owners.

·       House Bill 463 by Rep. Holly Raschein was filed on January 24, 2017. This bill will provide tenants with relief from the "double taxation" or "tax on tax" that occurs when tenants pay their landlord's property taxes. This is an alternate business rent tax cut proposal that is directed at those commercial tenants who have leases that separately state they pay their landlord's property taxes as part of their lease payments. Senate Bill 704 by Sen. Rene Garcia was filed on February 6, 2017. This bill is similar to House Bill 463.

 

Bill Status: These bills were scored on Friday, March 3rdby the Revenue Estimating Conference (REC). The REC placed an estimate of $172.8 million recurring fiscal impact to the state.

Property Tax

 

·       The House version of the joint resolution that would place a constitutional amendment on the 2018 general election ballot to permanently extend the annual 10 percent non-homestead property tax cap was filed by Rep. Colleen Burton on January 23, 2017. This bill, House Bill 21, is the companion to Senate Bill 76, sponsored by Sen. Tom Lee. The Revenue Estimating Conference (REC) has not placed a fiscal impact on this joint resolution. The REC will continue to meet to discuss this, and many other bills, each week throughout the legislative session.

 

Bill Status: Senate Bill 76 was voted on favorable by the Appropriations Subcommittee on Finance and Tax; 5 Yeas, 0 Nays.  The bill now moves to the Appropriations Committee.

Bill Status: House Bill 21 was voted on favorable by the Commerce Committee; 24 Yeas, 2 Nay. 

 

 

Estoppel Certificates

 

·       The House and Senate versions of the estoppel certificate bills have been filed by Rep. Byron Donalds and Sen. Kathleen Passidomo. House Bill 483 and Senate Bill 398 cap the fees that community association management companies can charge for estoppel certificates, and they include a standard estoppel certificate form to ensure the same information is provided to owners across Florida.


Bill Status: Senate Bill 398 passed out of the Judiciary Committee by a 9 – 0 vote. The bill’s next, and last, committee reference is the Senate Rules Committee.


Bill Status: House Bill 483 passed out of the Civil Justice & Claims Subcommittee by a 15 – 0 vote. The bill’s next committee reference is the Careers and Competition Subcommittee.

 

Affordable Housing

 

·       Senate Bill 854 sponsored by Sen. Jeff Brandes and House Bill 1013 by Rep. Wengay Newton would create an affordable housing taskforce assigned to the Florida Housing Finance Corporation. The 13-member board would be charged with developing recommendations for addressing the state’s affordable housing needs. 

The recommendations will include review of market rate developments; affordable housing developments; land use for affordable housing developments; building codes for affordable housing developments; states’ implementation of the low income housing tax credit; private and public sector development and construction industries; and rental market for assisted rental housing.

 

An amendment was filed and passed on the senate version that would include a realtor on the task force. An identical amendment will be added to the house version at the next committee stop.

 

Bill Status: Senate Bill 854 passed out of Community Affairs Committee by a 7-0 vote. The bill now moves to the Appropriations Committee.

Bill Status: House Bill 1013 passed out of the Local, Federal and Veteran Affairs Subcommittee by a 12-0 vote. The bill now moves to Transportation and Tourism Appropriations Subcommittee.



Vacation Rentals

 

·       House Bill 425 sponsored by Rep. Mike La Rosa and Senate Bill 188 sponsored by Sen. Greg Steubeprovides that local laws, ordinances, & regulations adopted after June 1, 2011, may not restrict use of, prohibit, or regulate vacation rentals based solely on classification, use, or occupancy.

 

Bill Status: House Bill 425 passed out of the Agriculture and Property Rights Subcommittee by a 9-6 vote. The bill now moves to the Careers and Competition Subcommittee.

 

Bill Status: Senate Bill 188 is up on Tuesday, March 21st in the Regulated Industries Committee.

2009 Tampa Bay Foreign Direct Investment Study

Click here

Tampa Bay Partnership October 2009 e-News

Click here

Tampa Bay Region International Events Calendar

4th Quarter 2009. See Word Doc here

Framco Gazette July-August 2009

See the Gazette here

UCCIFE Seminar 2009

See the seminar summary here.

France market of the month...

The Tampa Bay U.S. Export Assistance Center July 2009 Newsletter features France as the market of the month...

J-1 Visa News & Regulatory Requirements

Welcome to the J-1 visa news page of the ICDP Department. The contents of this page are sourced from the French-American Chamber of Commerce in New York. On this page you will find the latest information on J-1 visa policies and procedures, and any news from the U.S. Embassy in Paris, as well as from the U.S. State Department and Department of Homeland Security that may impact visa issues and immigration.

See the full document here.

The French Press is Available in the USA

The mission of the Uni-Presse association is to encourage and promote French culture and language throughout the world.
 
UNI-Presse offers publications by all of France's main publishers, and across all sectors of publishing : general interests, scientific, medical, legal, technical, literary, etc....
 
UNI-Presse is the bridge between its members, publisher and millions of French-speaking readers throughout the USA.
 
UNI-Presse is financed by the subscriptions of its member publishers, and by a grant from the French Government (fonds d'aide a l'expansion de la presse a l'etranger..


CONTACT : Jean Lebreton
                  PO BOX 6962
                  NEW YORK, NY 10150

TEL : 1 646 938 54 66

EMAIL : jlebreton@uni-presse.fr

www.unipresse.com

 

 

Le Moci – 16/03/2017 Export / Accompagnement : trois candidats à la présidentielle au banc d’essai

Les enjeux économiques internationaux, particulièrement la lutte contre un déficit commercial devenu chronique et le soutien à l’internationalisation des entreprises, sont des thèmes absents des discours des candidats à l’élection présidentielle, après l’avoir été des débats des deux primaires de la droite et du centre et de la gauche. C’est dire si le débat organisé le 20 mars par le Medef sur ces questions avec les sherpas de trois des principaux candidats était attendu par les milieux d’affaires français qui ont afflué au siège parisien de l’organisation patronale, carnets de notes en mains, à cette troisième « matinale de la mondialisation » très spéciale.
Jean Arthuis pour Emmanuel MacronEmmanuel Maurel pour Benoît Hamon et Eric Woerth pour François Fillon se sont collés à cet exercice en direct, répondant, après une courte présentation des orientations de leur candidat, à des questions préparées par un panel de chefs d’entreprises sur la politique commerciale internationale et le soutien à l’internationalisation des entreprises françaises. Des échanges plutôt bien organisés et très policés, mais qui ont laissé sur leur faim bon nombre d’observateurs non sur les orientations générales déjà connues des candidats en matière de politique commerciale –tout trois grosso modo en faveur d’une politique commerciale européenne renforcée et d’un libre échange régulé et équilibré, nous y reviendrons dans la prochaine édition de la Lettre confidentielle du 23 mars-, mais plutôt sur la politique concrète de soutien aux entreprises dans ce domaine, où tous les candidats n’ont pas toujours fait preuve d’une clarté à toute épreuve…

Diplomatie économique : consensus relatif

Sur la diplomatie économique, les entreprises du Medef estiment que celle mise en place par Laurent Fabius est une des « réussites du quinquennat », comme l'a rappelé Guy Sidos, le P-dg du groupe Vicat. Cette orientation sera-t-elle poursuivie ou non ?

Il semble que chez Emmanuel Macron comme chez Benoit Hamon, on soit sur la même longueur d’onde.
Jean Arthuis, le sherpa du premier a été très clair : «il faut la développer et l’amplifier », a affirmé le député européen centriste (UDI). Emmanuel Maurel, le sherpa du second, également député européen (PS) et spécialiste des sujets de politique commerciale, a lui aussi salué la nouvelle diplomatie économique en précisant qu’il faudrait mieux définir les zones où « concentrer les efforts », définir « avec vous (ndlr : les entreprises) » les politiques stratégiques à mettre en œuvre en Asie, Amérique latine mais aussi en Afrique, où il estime que « la France a pris du retard ».

Eric Woerth, le sherpa de François Fillon, n’a pas directement répondu à la question sans pour autant contester ouvertement la pertinence de la nouvelle diplomatie économique française, ce que certains auront interprété comme une approbation sur les grands principes. Il a cependant implicitement critiqué le manque de priorités géographiques dans la politique actuelle : « il faut choisir » a-t-il indiqué, estimant que la priorité devait être mise sur « les grandes zones émergentes ». « La diplomatie doit se restructurer », a aussi déclaré l’ancien ministre du Budget, des comptes publics et de la fonction publique de François Fillon, qui estime aussi qu’il ne faut pas lâcher « le volet culturel ».

Ministère du Commerce extérieur : petites divergences entre candidats

Mais l’horizon s’est un peu plus brouillé lorsqu’il s’est agi de savoir qui mettrait concrètement en œuvre cette stratégie. Une question qui n’est pas sans importance alors que depuis trois ans, le Commerce extérieur a été rattaché au ministère des Affaires étrangères dans le cadre de la nouvelle diplomatie économique mise en place par Laurent Fabius, ce qui a donné lieu à une bataille Bercy / Quai d’Orsay qui a pu laisser des traces. La question a été posée par Alain Bentéjac, président du Comité national des conseillers du commerce extérieur (CCEF), par ailleurs dirigeant du groupe Artelia : pensez-vous qu’il faille un ministre du Commerce extérieur et à quel ministère le rattacher, Bercy ou le Quai d’Orsay ?

Eric Woerth a été très clair dans sa réponse : « Il faut certainement un ministre ou un secrétaire d’État, et il faut qu’il soit rattaché à Bercy car c’est de l’économie ». Et d’insister sur l’importance d’avoir un « gouvernement cohérent », avec « peu de ministres ».

Eric Maurel lui, s’est dit pour un ministre du Commerce extérieur, mais à ses yeux, « l’important est qu’il soit bon », comme son ami Matthias Fekl, actuel secrétaire d’État au Commerce extérieur, dont il a salué le bilan. Le sherpa du candidat socialiste à la présidentielle a, cependant, botté en touche concernant le ministère de rattachement. Une façon de se dire en faveur du statu quo ?

Enfin, Jean Arthuis n’a pas répondu directement à la question : pour lui, dédier un ministère au Commerce extérieur « n’est pas la clé ». La clé, c’est « un gouvernement qui soit cohérent » et l’existence d'un « projet de conquête économique » porté par le candidat Macron ; « le président de la République doit d’abord incarner cette politique de conquête » a-t-il déclaré. Invité par le Moci, peu après la table-ronde, à préciser son propos, l’ancien ministre de l’Économie et des finances d’Alain Juppé dans les années 90 a juste nuancé son propos en indiquant : « un ministère pourquoi pas ? », mais la clé c’est « le projet porté par le président de la République ».

Rôle des Régions : central dans l’avenir

La vision s’est un peu éclaircie concernant le futur système de soutien à l’internationalisation des PME : face à l’échec relatif des politiques de soutien jusqu’à présent menées pour augmenter de façon substantielle et durablement le nombre d’entreprises exportatrices –124 000 en 2016, deux fois moins qu’en Italie, trois fois moins qu’en Allemagne-, les trois candidats semblent converger sur la nécessité de simplifier encore le millefeuille des opérateurs et d’accorder aux Régions issues de la réforme territoriale le premier rôle en matière de soutien aux entreprises. Le tout est de savoir comment.

Eric Woerth, qui a reconnu « un retard français » en matière d’internationalisation des PME, a ainsi estimé que « les grandes régions vont peut être mieux gérer » ces politiques. « C’est là que doivent se définir les politiques d’accompagnement ». Mais le sherpa de François Fillon a ajouté que les « grands groupes » doivent aussi jouer un rôle dans l’accompagnement des PME et qu’il était favorable à l’instauration d’une « taxe climat » à la frontière en cas de concurrence déloyale sur les questions de normes environnementales.

Jean Arthuis a, pour sa part, détaillé une répartition assez construite des différents niveaux de politiques publiques : aux Régions « l’environnement des entreprises (financements, stratégies, formation, etc.) ; à l’État « la diplomatie économique » avec la nécessité de s’appuyer davantage sur des réseaux comme les CCE ; et enfin à l’Europe la politique commerciale, qui doit mixer ouverture et mesures de défense, mais aussi intégrer une politique de protection des données. Mais au niveau régional, a aussi estimé le sherpa du candidat Macron, la « clé » sera que les Régions et les acteurs locaux comme les chambres de commerce et d’industrie (CCI) « se mettent d’accord sur des guichets uniques » pour l’accompagnement des PME.

Emmanuel Maurel, sans doute plus proche d’une démarche donnant à l’État un rôle central, a été un peu moins clair dans sa réponse, renvoyant au « livre blanc sur la diplomatie des territoires », document publié en décembre 2016 visant à mettre en cohérence la diplomatie nationale et celle des nouvelles collectivités locales. Pour lui, « le vrai problème, c’est la synergie entre les opérateurs » du soutien à l’internationalisation. « Il y a des conventions entre acteurs, mais on gagnerait à fusionner tout ça ». Comment ? Là est la question.

Réformes des dispositifs : pas de détails...

Aucun des trois candidats ne s’est risqué à évoquer plus en détail de nouvelles réformes de simplification au sein du dispositif de soutien des PME à l’export. Pas de prise de position ni sur la question du rôle de l’État et de ses opérateurs, ni sur celle de la fusion entre les bureaux à l’étranger de Business France et les CCI françaises à l’étranger, ni enfin sur celle de l’éventuel recentrage de Business France sur les primo exportateurs après son effort de déploiement sur les PME et ETI de croissance en binôme avec Bpifrance. Des questions qui avaient été posées en filigrane par Jean-Claude Volot, le P-dg de Dedienne Aerospace, lors d’une table ronde, et Frédéric Sanchez, président du pôle internationalisation et filières du Medef et président de Medef International.

En revanche, les bons connaisseurs de l’écosystème de soutien au Commerce extérieur auront noté que certains sherpas doivent mettre à jour leurs fiches : Eric Woerth et Jean Arthuis ont à plusieurs reprises parlé des soutiens ou des couvertures de Coface. Il serait temps de les informer que ces aides sont, depuis le 1er janvier 2017, gérées par Bpifrance assurance export, une réforme qui a d'ailleurs été saluée par les milieux d'affaires français…

Christine Gilguy

Some of Our Members

    • Alliance Française de Sarasota
    • BIC
    • BrightHouse Business Solutions
    • Buchanan Ingersoll & Rooney
    • Cassis American Brasserie
    • Certain Teed
    • Clextral
    • E-NorhAmerica
    • Fifth Third Bank
    • HTM Lighting
    • IMG Academy
    • Jade Associates
    • KAHWA
    • Karine Bauer, EA, CCA, CB, MBA
    • Le Meridien Tampa
    • Monin
    • Ogletree Deakins
    • Sacrebleu Paris
    • Saddlebrook
    • Saddlebrook
    • Saddlebrook
    • Saddlebrook
    • Sarasota Sister Cities
    • Sentinel Background Checks
    • The Hermione Project 2015
    • Transitions
    • VULOG Carsharing Technology
    • Visit Tampa Bay

Contact Us

FRAMCO Tampa
Maria Mahoney - President
Tel: 863-619-6740
Email: president@framco.org 

Postal Mail to our corporate address:

FRAMCO 3825 S. Florida Avenue, Suite 3, Lakeland, FL 33813

© 2017 FACC Tampa